PENNY

pop - UK

Single “Sad Puppy” le 20 juillet

« J’ai écrit Sad Puppy après avoir enfin compris que je valais bien plus que cette façon dont les autres me traitaient. Ça a été une réelle prise de conscience pour moi, un choc. Et malgré tout, je suis restée si triste d’avoir, en quelque sorte, « autorisé » les gens à mal me juger, sans cesse. 

Il s’agit aujourd’hui de réussir à me pardonner moi-même, après tant d’années dépourvues d’amour propre. Simplement à cause de mon corps, de ce à quoi je ressemble, je pensais que je ne valais pas la peine d’être respectée, aimée. C’est de la folie, n’importe quoi. C’est très dur de refuser ce que la société nous impose comme « canon de beauté », mais s’y opposer peut s’avérer libérateur, et ça fait du bien, quand on se rend compte que tout ça n’est qu’une énorme supercherie, lié au patriarcat, et que passé cette étape, on peut enfin devenir soi-même, et être sexy, autrement. »

Voici PENNY, chanteuse anglaise à la voix d’ange (en descente). Son premier EP, qu’elle nous présente cette année, parle de ses rêves, de son côté queer, de santé mentale, à travers des morceaux mélancoliques et dansants à la fois, des chansons entêtantes qui nous emmènent jusqu’au sommet des Pennines, la chaîne montagneuse qui borde le West Yorkshire, d’où elle vient.

Son vrai nom : Jessie. (PENNY, c’est le nom de son chat). Elle nous raconte: “Je n’ai jamais vraiment appris à chanter, ça s’est fait comme ça. Née dans une famille obsédée par la musique, mon papa jouait de la guitare, je chantais tout le temps, partout.

Originaire de Huddersfield, dont elle est très fière, la chanteuse de 23 ans a rejoint différents groupes dès le collège, avec des références comme Belle & Sebastian, Slow Club, Summer Camp ou encore We Were Evergreen. Elle quitte ensuite son nid pour le Pays de Galles, et commence des études à l’université de Bangor. Mais l’expérience tourne au cauchemar, elle se retrouve coincée dans une relation amoureuse étouffante, toxique, elle nous raconte: “la fac c’était un des moments les plus durs de ma vie, j’étais abusée, mentalement, et la ville était minuscule, c’était impossible d’échapper à cet enfer. Le seul côté positif de cette époque finalement, c’est que j’ai réussi à écrire et à en tirer des chansons.”

Will Serfass (aka WASSAILER) a co-composé, arrangé et réalisé l’EP. Ex membre de (We Were) Evergreen, dont elle était fan, c’est à Sheffield, lors d’un des concerts du trio, auxquels elle se rendait, qu’ils se sont rencontrés, alors qu’elle n’était qu’au collège. D’un simple échange de cigarette à la découverte des maquettes de PENNY, la relation artistique s’est faite très naturellement. Jessie nous dit “C’était un rêve qui devenait réalité, je passais du statut de groupie à collaboratrice! J’en revenais pas”. Will nous raconte “quand j’ai entendu sa voix, je suis resté scotché. J’ai joué sa démo en boucle sur Soundcloud, elle a dû prendre 500 écoutes en un jour. C’était juste un sample de drum machine, deux accords de synthé et sa voix. Je lui ai demandé si je pouvais tenter une prod, et elle m’a envoyé la piste de voix. Ça a tout de suite matché.”

Depuis qu’elle est revenue vivre à Huddersfield, PENNY a intégré la famille du Northern Quarter, l’iconique salle de concerts indie de la ville. “J’y ai rencontré de vrais amis, ça a changé ma vie: ne plus avoir à me justifier, et pouvoir être moi-même pour la première fois, et en sécurité”. Après le traumatisme de ses plus jeunes années, et regagnant enfin confiance en elle, c’est là aussi qu’elle a découvert sa pansexualité, et a retrouvé de la force pour assumer ses choix, auprès de ceux qui les remettent en question. Et c’est ça aussi qu’elle chante. Haut et fort. “J’étais malhonnête envers moi-même, je voulais me faire si petite, m’effacer. Je ne souhaite ça à personne, et si mes chansons peuvent aider quelqu’un dans une situation similaire, alors ça en vaut la peine.”

Son premier titre: Sad Puppy est une parfaite entrée en matière dans son monde sonore. Une atmosphère pop rêveuse, triste mais groovy. 

Ur Girl’s Fine”, le single qui s’en suivra à la rentrée, est le premier morceau qu’elle a écrit, et la maquette originale faite avec Will il y a deux ans a déjà été jouée sur la BBC radio ! “J’ai écrit ce morceau à l’époque pendant laquelle je pensais que tout ne pouvait aller bien seulement si on avait un petit copain. J’avais vraiment une mauvaise vision de la vie, j’étais si naïve, en pensant que seule, je ne valais rien. C’était très étrange.”

Avec sa voix douce et enchantée, ses mélodies irrésistibles,  et son charme anglais, PENNY ne manquera pas de devenir votre nouvelle indie pop star !

réseaux sociaux

PRESSKIT

NOUVEAUTÉS

Sad Puppy (single)
20 juillet 2021
Because Music

CONTACTS

Tanguy Aubrée
National, TV & Radio

06 84 12 40 94
tanguy@daydream-music.fr

Fred Lombard
Web

06 02 71 50 58
fred@daydream-music.fr